Passer au contenu

Connaissez-vous une histoire reliée à l’internement au Canada des réfugiés du nazisme ?

Partagez votre histoire ou
découvrez celles des autres.

Immigration restreinte

Le Canada d’alors était bien loin, par des décennies, du fier pays pluraliste qu’il allait devenir. L’hostilité envers les Juifs était généralisée et répandue chez les bureaucrates du gouvernement mais la voix la plus virulente se retrouvait dans les régions rurales québécoises, berceau d’un catholicisme fervent sur lequel comptait le gouvernement pour sa réélection.

À travers le pays, les Juifs furent refusés des possibilités d’hébergement, le travail dans les professions et les perspectives commerciales. Quant aux universités canadiennes, elles imposaient un quota d’admission pour les Juifs, notamment dans les facultés de médecine et d’études dentaires. De plus, des engagements restrictifs empêchèrent les Juifs et les autres groupes « désagréables » de vivre dans certains milieux.

Vers les mois de mai-juin 1939, le paquebot S.S. St Louis transportant 937 Juifs européens rescapés de la persécution nazie, fut refusé aux abords de Cuba et des États-Unis. Devant le tragique de cette situation, les Canadiens, des non Juifs, firent pression sur leur gouvernement afin qu’il démontre « la vraie charité chrétienne » et qu’il accueille les réfugiés au pays. M. Frederick Charles Blair, directeur canadien du département de l’immigration du ministère des Mines et des Ressources, donna comme réponse qu’aucun pays ne pouvait « ouvrir ses portes d’une manière assez considérable pour accueillir les centaines de milliers de Juifs qui voulaient quitter l’Europe: il fallait y fixer une limite. »

Un fichier d’images sur l’antisémitisme et l’immigration. Dossier

Une collection d’images sur l’antisémitisme et l’immigration.

De réfugié à interné
dans la salle de classe

Leçon

De réfugié à interné
Les étudiants pourront mieux cerner le contexte dans lequel les ressortissants allemands vivant en Angleterre, incluant les réfugiés juifs du nazisme, ont été classifiés « ennemis étrangers » et pourront mieux comprendre l’internement d’après les témoignages des anciens internés.

Lecture

Un renouveau fragile
Les « ennemis étrangers »

Documents

« À FAIRE » et les « À NE PAS FAIRE «
Certificat de réfugié de l’oppression nazie (160 Ko PDF)
« L’application pour devenir un officier de l’infanterie britannique » (225 Ko PDF)

Vidéo

« Qu’on les attrape tous »

Guide de l’enseignant
PDF 7.9 Mo

Adobe Reader peut être utilisé pour lire les fichiers PDF.