Passer au contenu

Connaissez-vous une histoire reliée à l’internement au Canada des réfugiés du nazisme ?

Partagez votre histoire ou
découvrez celles des autres.

Un renouveau fragile

C’est en 1933 que Walter Igersheimer, l’un des premiers étudiants allemands juifs en médecine, arriva en Angleterre. Déjà en 1940, il s’y sentait tellement intégré, « qu’il ne pouvait s’imaginer vivre, ou pratiquer sa profession ailleurs, dans un autre pays. »

Partout en Grande-Bretagne, les réfugiés avaient trouvé accueil dans des centres de formation agricole, des pensionnats, des domiciles et des auberges.
Après la Kristallnacht, la Grande-Bretagne avait émis des visas d’entrée à 5 000 réfugiés, des hommes âgés entre 18 et 45 ans qui avaient été libérés des camps de concentration avec la stipulation qu’ils allaient émigrer en Allemagne. Ils trouvèrent refuge à Kitchener Camp, ancien camp militaire inoccupé datant de la Première guerre mondiale.

Les réfugiés purent compter sur l’aide de leurs parents, de bons samaritains ou encore des agences juives, chrétiennes et non confessionnelles. Comme plusieurs de ces réfugiés venaient de familles aisées, ils n’étaient pas habitués aux conditions de vie quotidienne des ouvriers britanniques. Ne se sentant pas les bienvenus, certains d’entre eux cherchèrent à s’assimiler le plus vite possible, en cachant leurs origines juives et en perfectionnant leur anglais.

Afin de créer un semblant de communauté, les réfugiés se regroupaient ensemble et plusieurs tentaient de faire progresser leur éducation et leur vie professionnelle, en dépit d’un avenir incertain. Bien qu’ils aient formé des associations d’entraide financière et psychologique, ces jeunes hommes cherchaient désespérément, pour leurs familles et amis en Europe, des moyens pour qu’ils s’échappent.

Un fichier d’images sur les réfugiés en Grande-Bretagne. Dossier

Une collection d’images sur les réfugiés en Grande-Bretagne.

De réfugié à interné
dans la salle de classe

Leçon

De réfugié à interné
Les étudiants pourront mieux cerner le contexte dans lequel les ressortissants allemands vivant en Angleterre, incluant les réfugiés juifs du nazisme, ont été classifiés « ennemis étrangers » et pourront mieux comprendre l’internement d’après les témoignages des anciens internés.

Lecture

Un renouveau fragile
Les « ennemis étrangers »

Documents

« À FAIRE » et les « À NE PAS FAIRE «
Certificat de réfugié de l’oppression nazie (160 Ko PDF)
« L’application pour devenir un officier de l’infanterie britannique » (225 Ko PDF)

Vidéo

« Qu’on les attrape tous »

Guide de l’enseignant
PDF 7.9 Mo

Adobe Reader peut être utilisé pour lire les fichiers PDF.