Passer au contenu

« Il nous fallait partir » / État nazi raciste Vidéo

Discussion des anciens internés sur le nazisme en Allemagne et en Autriche

Le nazisme en Allemagne et en Autriche: 1933-39

Discussion des anciens internés sur le nazisme en Allemagne et en Autriche

Vidéo: 2:57 10.3 Mo Télécharger

Kristallnacht November 9-10, 1938

Discussion des anciens internés sur le nazisme en Allemagne et en Autriche

Vidéo: 3:09 11.1 Mo Télécharger

Adobe Flash Player et Javascript sont requis pour visionner les vidéos. La transcription est ci-dessous.

Transcription

Le nazisme en Allemagne et en Autriche: 1933-39

Lorsque les nazis s’emparèrent du pouvoir en 1933, les « ennemis raciaux » et les opposants politiques furent ciblés pour être persécutés.

Les Juifs furent exclus des professions, des institutions publiques et des institutions académiques.

Rabbi Erwin Schild
Une photo en gros-plan de Rabbi Erwin Schild prise durant un interview
L’antisémitisme était l’un des grands principes de gouvernance, alors immédiatement nous nous sommes sentis opprimés.

Gerry Waldston
Une photo en gros-plan de Gerry Waldston prise durant un interview
J’ai réalisé que les choses étaient un peu plus difficiles pour mes parents et leurs amis.

Jack Hahn
Une photo en gros-plan de Jack Hahn prise durant un interview
C’était devenu un grave problème parce que j’étais le seul Juif dans ma classe. Il y a eu quelques incidents de nature antisémite.

Dr. Ernest Poser
Une photo en gros-plan de Dr. Ernest Poser prise durant un interview
À la ligne d’assemblage, chaque matin, tout le monde devait chanter les chansons nazies à la mode, une entre autres qui disait « Wenn das judenblut vom messer spritzt, » que l’on peut traduire à peu près comme « Lorsque le sang des Juifs jaillira du couteau. »
Nous avons eu quelques conflits.

Gunther Erlich
Une photo en gros-plan de Gunther Erlich prise durant un interview
Je me suis bataillé quelques fois en revenant de l’école. Mais j’avais aussi des amis qui sont restés de mon côté.

Sigmund Muenz
Une photo en gros-plan de Sigmund Muenz prise durant un interview
J’ai eu la permission d’arriver cinq minutes plus tard et de quitter cinq minutes plus tôt à cause que je me faisais battre quand je marchais de l’école à la maison.

Dr. Peter Ziegler
Une photo en gros-plan de Dr. Peter Ziegler prise durant un interview
On m’a mis à la porte de l’école. Il a fallu que je quitte. Malheureusement, ma famille n’a pas pu quitter l’Autriche car mon père était le directeur principal de la banque Rothschild à Vienne. Jusqu’à ce que cette affaire prenne fin, nous n’avons pas eu la permission de quitter.

Hon. Fred Kaufman
Une photo en gros-plan de Hon. Fred Kaufman prise durant un interview
En quelques mois, mon père a perdu ses contacts, son emploi, c’est-à-dire son entreprise. Il importait d’une usine allemande et les nouveaux propriétaires l’ont approché et lui ont dit « Écoute, nous t’apprécions, tu fais un très bon travail, nous sommes heureux de ton travail, mais nos clients n’aimeront pas avoir un représentant juif, alors désolés, mais tu dois partir. »

Dr. Peter Ziegler
Une photo en gros-plan de Dr. Peter Ziegler prise durant un interview
Nous nous sommes fait jetés dehors de notre appartement. C’était une expérience tragique mais là encore, je dois dire que j’avais 16 ans et cela ne me semblait pas la fin du monde à ce moment-là pour moi.

Rabbi Erwin Schild
!/images/3eb6c22870e87b7113bc05a00071ceb8.jpg(Une photo en gros-plan de (Rabbi Erwin Schild) prise durant un interview)!
Ils ne croyaient pas que l’antisémitisme allait durer. Ils croyaient qu’après peut-être quelques années, ils allaient l’oublier. Mais peu de temps après, cette incrédulité tourna au désespoir.

Kristallnacht November 9-10, 1938

La nuit appelée « Night of Broken Glass » a été une série d’attaques bien coordonnées et sanctionnées par l’état contre des Juifs partout en Allemagne et en Autriche.

Jack Hahn
Une photo en gros-plan de Jack Hahn prise durant un interview
Je n’oublierai jamais cette nuit. Ils ont pris tous les Juifs de Nuremberg et Fürth, à peu près quatre ou cinq cents personnes. Ils nous ont fait tenir debout à la place du marché à partir du moment de notre arrivée jusqu’à environ 6 à 7hrs le matin alors qu’ils brûlaient les deux synagogues de la ville.

Rabbi Erwin Schild
!/images/3eb6c22870e87b7113bc05a00071ceb8.jpg(Une photo en gros-plan de (Rabbi Erwin Schild) prise durant un interview)!
Les synagogues étaient incendiées et les maisons et entreprises des Juifs saccagées. Comme j’approchais de l’édifice du séminaire, je pouvais voir que des nazis en uniformes étaient à l’intérieur et jetaient de l’étage des livres et Sefer torahs dans un feu allumé dans la cour.

Dr. Walter Kohn
Une photo en gros-plan de Dr. Walter Kohn prise durant un interview
Je fus, avec d’autres enfant juifs de mon âge, arrêté et amené au poste de police. C’était une situation chaotique, qui faisait peur.

Jack Hahn
Une photo en gros-plan de Jack Hahn prise durant un interview
Ils ont battu le rabbin et arrachèrent sa barbe. Et, au matin, à peu près vers 6-7 heures, ils amenèrent dans un camp de concentration tous les hommes âgés de 18 ans et plus.

Rabbi Erwin Schild
!/images/3eb6c22870e87b7113bc05a00071ceb8.jpg(Une photo en gros-plan de (Rabbi Erwin Schild) prise durant un interview)!
Nous avons été vite arrêtés et amenés à travers la ville, à la prison. Au moins, en prison, nous étions en sécurité loin de la foule. Mais, vous avez 18 ans et tout à coup, vous vous retrouvez en prison – c’était vraiment terrible. Mais le pire était à venir. Après deux ou trois jours en prison – peut-être était-ce deux jours – nous avons été interrogés par des SS(Schutzstaffel) Storm Troopers tout habillés de noir et on nous a envoyé au camp de concentration de Dachau.

Gunther Erlich
Une photo en gros-plan de Gunther Erlich prise durant un interview
J’ai été arrêté et amené à Buchenwald. Mais ce n’était pas un camp permanent – c’était un camp temporaire, et vous pouviez être libéré si vous pouviez quitter l’Allemagne.

Dr. Walter Kohn
Une photo en gros-plan de Dr. Walter Kohn prise durant un interview
L’émigration le plus tôt possible plutôt que retardée semblait être la seule solution à long terme. À court terme, cela dépendait sur ce que le monde allait faire.