Passer au contenu

Les gars des camps / La moralité Vidéo

Discussion des anciens internés sur la moralité.

Discussion des anciens internés sur la moralité.

Vidéo: 5:47 20.3 Mo Télécharger

Adobe Flash Player et Javascript sont requis pour visionner les vidéos. La transcription est ci-dessous.

Transcription

Moralité

Les réactions face à l’internement varient selon les internés. Voici les réflexions d’anciens internés, interviewés pour ce projet.

Eric Koch
Une photo en gros-plan de Erich Koch prise durant un interview
En fait, j’étais un interné plein de ressources. Nous n’étions pas tous semblables. Certaines personnes ont trouvé cette expérience insupportable.

Dr. Walter Igesrheimer
Une photo en gros-plan de Dr Walter Igersheimer prise durant un interview
Nous ressentions plusieurs états d’âme même de l’abattement et certains étaient très désespérés. Parce qu’il n’y avait rien à faire.

Dr. Walter Kohn
Une photo en gros-plan de Dr. Walter Kohn prise durant un interview
Nous nous sentions mis de côté comme des feuilles, comme des feuilles en automne. Nous n’avions aucun contrôle sur nos vies, mais généralement, nous étions optimistes.

Gunter Ehrlich
Une photo en gros-plan de Gunther Erlich prise durant un interview
J’avais subi tout un lot d’événements tristes. Lorsque les gens se plaignaient à propos du camp, je leur disais que j’avais été à Buchenwald et que pour moi, comparé à Buchenwald, ce camp était un camp de vacances.

Dr. Ernest Poser
Une photo en gros-plan de Dr Ernest Poser prise durant un interview
Ce n’était rien à côté des camps de concentration. On prenait soin de nos besoins essentiels. Et la plupart d’entre nous étions jeunes et pouvions nous adapter facilement.

Dr. Walter Kohn
Une photo en gros-plan de Dr. Walter Kohn prise durant un interview
Une fois arrivés au Canada, au contraire de lorsque nous étions en Grande-Bretagne, on a bien pris soin de nous. Nous avions des vêtements. Nous avions un toit. Nous avions plein de merveilleuse nourriture.

Rabbi Erwin Schild
Une photo en gros-plan de Rabbi Erwin Schild prise durant un interview
Physiquement, ce n’était pas une expérience si terrible. Notre souffrance était plutôt mentale, psychologique, spirituelle.

Dr. Peter Ziegler
Une photo en gros-plan de Dr Peter Ziegler prise durant un interview
En fait, nous vivions une vie à peu près saine. Alors à cet âge – je crois que c’était plus difficile pour les gens âgés.

Gunther Bardeleben
Une photo en gros-plan de Gunter Bardeleben prise durant un interview
Les gens âgés, certainement. Ils ont vraiment perdu quelque chose. Nous les étudiants, avons-nous perdu quelque chose? Nous avons été interrompus.

Hon. Fred Kaufman
Une photo en gros-plan de Hon. Fred Kaufman prise durant un interview
Même si c’était difficile de quitter son foyer à 15 ans, pour les autres personnes, ils ont laissé leurs familles derrière. C’était beaucoup plus difficile. Cela aurait été beaucoup plus dur pour moi. Je veux dire que je me mets à leur place – par exemple, si j’avais été marié avec des enfants à la maison – cela n’aurait pas été facile.

Gregory Baum
Une photo en gros-plan de Dr Gregory Baum prise durant un interview
Pour le cours de ma vie, cela fut une bénédiction. Il ne m’est arrivé que de bonnes choses – pas dans la vie des autres. Et pour les gens plus âgés que moi, c’était beaucoup plus difficile – les gens mariés, ceux qui avaient des enfants. Et même pour ceux qui étaient juste un petit peu plus âgés – des gens qui avaient des carrières. Cela fut brisé. Je n’avais pas de carrière. Nous, à l’âge de 17 ans, c’était pour nous un commencement.

Ernest Poser
Une photo en gros-plan de Dr Ernest Poser prise durant un interview
C’était une nouvelle expérience. C’était un nouveau continent, un nouveau pays. Nous avions tout à apprendre. Durant les trois premiers mois, lorsque nous habitions dans des tentes au camp, ce n’était pas vraiment apprécié – du moins par les plus jeunes.

Gunter Bardeleben
Une photo en gros-plan de Gunter Bardeleben prise durant un interview
Être dans un camp et être au Canada – certainement que je me sentais coupable d’être aussi bien et en sécurité quand mes parents devaient subir à Londres tous ces bombardements. Cette partie n’était pas plaisante – autrement, le camp pouvait être très agréable.

Ernest Poser
Une photo en gros-plan de Dr Ernest Poser prise durant un interview
Nous n’avions que très peu de liens avec notre passé et une insécurité totale face à notre avenir. Cependant, nous avons fait notre mieux, dans une mauvaise situation.

Hon. Fred Kaufman
Une photo en gros-plan de Hon. Fred Kaufman prise durant un interview
Je suis dans une mauvaise situation, mais je suis dans une meilleure situation que si j’étais resté derrière, à Vienne, alors je vais en tirer le meilleur. Je ne me laisserai pas abattre. Je veux dire que je ne crois pas avoir jamais atteint le point où je me sentais triste sur moi-même. Il y avait beaucoup de choses que je n’aimais pas, mais je me disais, « C’est la vie » – et c’est une meilleure vie que celle que j’aurais eue.

Edgar Lion
Une photo en gros-plan de Edgar Lion prise durant un interview
Nous savions que nous étions chanceux. Nous ne nous sommes pas retrouvés dans un camp de concentration. Donc, de ce point de vue, nous nous savions en sécurité. Cependant, la question était: qu’allait-il nous arriver à un certain point dans l’avenir?

Rabbi Erwin Schild
Une photo en gros-plan de Rabbi Erwin Schild prise durant un interview
C’était une autre dimension à la souffrance juive, en fait. Parce que, lorsque vous étiez à Dachau, vous saviez que vous veniez de tomber entre les mains de l’ennemi. Vous saviez à quoi vous attendre, mais ici, vous étiez emprisonné par des personnes qui voulaient la même chose que vous. Qui voulaient vaincre l’Allemagne. Et même, nous le voulions encore plus qu’eux. Je suis certain que chacun d’entre nous haïssait l’Allemagne – les nazis – encore plus que les Québécois ou les soldats pouvaient l’haïr. Pour eux, c’était un ennemi en guerre. Pour nous c’était un ennemi existentiel et voilà que nous étions supposés être incarcérés parce que soupçonnés d’être exactement ceux que nous haïssions. Cela était une chose vraiment difficile.